Cycle 1

Blog maternelle avant regroupement

Pour visiter le blog de la maternelle, avant le regroupement maternelle/élémentaire de septembre 2018, c’est par ici : http://www.emjeanmacebrest.infini.fr/

Des musiciens de l’orchestre Matheus dans notre école

Mercredi 19 décembre, nous avons eu la chance d’accueillir 4 musiciens de l’orchestre Matheus. Il y avait 3 violons et 1 alto. L’alto est un violon un peu plus grand que les autres. Il a un son plus grave. Jean-Christophe Spinosi a expliqué aux enfants que plus un instrument est gros, plus les sons qu’il produit sont graves. Les musiciens ont joué un morceau d’Antonio Vivaldi. C’est un compositeur (quelqu’un qui écrit des morceaux de musique) qui vivait il y a environ 300 ans. Avec sa musique, il racontait des histoires. Ici, c’était l’histoire d’un petit garçon qui est allé se promener avec son chien qui aboie. Quand il est fatigué, il s’allonge sous un arbre et observe les feuilles qui bougent au vent. Il s’endort mais il est réveillé par les grondements du tonnerre et les éclairs, d’abord au loin puis qui se rapprochent. C’est la tempête ! Vite, ils courent s’abriter à la maison bien chaude et confortable. L’enfant s’endort en rêvant au moment de calme qu’il a passé sous l’arbre. Ensuite, les violonistes ont joué « Le voyage en traîneau » écrit par Léopold Mozart pour son fils Wolfgang Amadeus. Les enfants ont accompagné les musiciens avec des percussions (tambourins, grelots, maracas…). Ils jouaient doucement quand le traîneau était loin puis de plus en plus fort pour montrer qu’il se rapprochait. Ils jouaient lentement quand les chevaux marchaient et vite quand ils galopaient. Avant de partir, on a chanté « Petit papa Noël » tous ensemble. Nous avons passé un excellent moment et disons « un grand MERCI » à Jean-Christophe Spinosi et aux violonistes qui ont souhaité offrir pour Noël ce spectacle aux enfants de notre école.

jardinage

Nous avons profité du beau temps de fin février pour nous occuper de notre bac de jardinage.

Il a fallu tout d’abord enlever les mauvaises herbes accumulées depuis l’automne dernier.

Et nous avons eu la surprise de trouver 3 pommes de terre, un poireau et 2 grands vers de terre bien cachés sous la terre.

Nous avons aussi gardé un plant de tomates qui a l’air encore en bonne santé et que nous allons surveiller pour voir s’il donnera encore de petites tomates cerises.

Puis nous avons planté des fleurs : des pâquerettes blanches et roses, et des primevères blanches et jaunes

on fait un trou avec la pelle et on pose le plant dans le trou avant de remettre la terre autour…et nous avons arrosé !

Quand tout est planté, nous sommes très fiers du résultat car ça sent le printemps !

jardinage 2e séance

Pour la 2e séance de jardinage, Stéphane avait apporté des graines de poireau, de betterave rouge, de salade, de tournesol, des haricots noirs, des haricots rouges, des lentilles corail et vertes, des pois cassés. On les a bien observées : elles ont toutes des tailles, des couleurs, des formes différentes.

Il nous a présenté une boîte contenant uniquement des haricots. Ils ont tous la même forme mais des couleurs et des tailles différentes. Ensuite il nous a proposé un jeu : il fallait associer les graines et la photo de la plante adulte. Pour nous aider, il nous a dit que :

  • La graine de souci ressemble à une petite chenille.
  • La graine de capucine est comme un petit cerveau.
  • Les graines de carottes sont petites et marron.
  • Les graines de palmier sont noires et fripées comme des petites noix de coco.
  • Les œillets d’Inde ont des graines qui ressemblent à des petits bâtons tout droits et fins.

On a aussi appris qu’il y a des graines que l’on peut manger comme les haricots, le maïs, les petits pois, les pois chiches, les lentilles…

jardinage 4e séance

Pour la 4e séance de jardinage, nous sommes allés dans le jardin pour voir si les légumes que nous avions plantés avaient poussé.

Il y avait des pommes de terre, des fèves, des oignons et des petits pois. Tout n’avait pas poussé :

Peut-être que les plantes ont manqué d’eau, de soleil, peut-être que les graines ont été mangées par des insectes, peut-être que les mauvaises herbes ont empêché nos plantations de bien pousser en prenant leur place, leur eau, leur nourriture…

La terre était dure et sèche alors nous l’avons griffée pour arracher les mauvaises herbes. Ce sont des plantes qui ont poussé naturellement, des plantes sauvages. Il faut bien arracher la plante avec sa racine, sinon elle repousse. On a retiré du chiendent (une herbe qui a des racines qui ressemblent à des dents de chien), de petits érables… Nous les avons jetés sur le tas de déchets végétaux pour faire du compost.

En grattant la terre, nous avons retrouvé des larves de tipules (que l’on appelle « cousins ») qui aiment bien grignoter les petits pois. Un escargot a mangé la tige d’un pied de pomme de terre (il restait de la bave dessus).

Avant de retourner en classe, nous avons arrosé en visant bien le pied de nos plantes pour que l’eau arrive aux racines.

Nous avons observé une abeille solitaire, un nid d’araignée, un puceron vert tout petit, un cloporte.

On a appris que les jardiniers installent des serres pour protéger les plantes du froid.

De retour en classe, nous avons planté des coléus. Ce sont des plantes d’origine tropicale qui poussent en appartement ou au jardin. Stéphane nous a donné des pots que nous avons remplis de terreau. Nous avons mis les plantes et avons ajouté du terreau puis la maîtresse les a arrosées. Nous avons écrit notre prénom et le nom de la plante sur une étiquette.

Merci Stéphane pour ce cadeau !

Jardinage 5e séance

Lundi 27 mai 2019, nous avons retrouvé Stéphane, le jardinier, au jardin du Guelmeur.

Nous avons observé, senti et touché des fleurs. Stéphane nous en a même donné.

Nous avons vu des œufs, des larves de coccinelles et des coccinelles adultes qui se régalaient de pucerons.

Nous avons vu plein d’autres petites bêtes dans le jardin mais aussi dans le composteur : gendarmes, escargots, limaces, araignées, cloportes, bourdons, un syrphe (une mouche qui ressemble à une abeille) …

Nous avons observé des fleurs : capucines, roses, marguerites, digitales, iris… Nous avons fait un tableau aquatique avec des fleurs flottantes Nous les avons dessinées en regardant bien les couleurs, le cœur où se trouve le pollen, les pétales qui forment la corolle.

Nous avons vu et senti des plantes aromatiques : menthe, menthe chocolat, menthe citronnée, sauge, ciboulette, laurier, citronnelle…

Dans le potager poussaient des légumes : salades, carottes, radis, pommes de terre, petits pois, artichaut, poireaux, oignons…

Il y avait aussi des fruits : fraises, raisin sur la vigne, groseilles, cassis, framboises, pommes, coings…

Les plantes qui ont besoin de chaleur se trouvaient dans des serres. Un épouvantail faisait peur aux oiseaux.

Nous avons passé une excellente matinée. Merci Stéphane ainsi qu’aux parents accompagnateurs.

Jardinage 6è et dernière séance

Lundi 24 juin, pour la dernière séance de jardinage, nous avons récolté les légumes que nous avons plantés le 11 mars.

Nous avons trouvé 64 pommes de terre, 1 oignon blanc, 1 oignon rose, des fèves et des petits pois.

Nous avons ouvert les cosses et avons goûté les fèves et les petits pois : c’est bon, c’est sucré.

De retour en classe, nous avons coupé les pommes de terre, les oignons et fini d’éplucher les pois et les fèves pour faire une salade que nous avons dégustée jeudi.

Certains se sont régalés de la salade, d’autres pas ; mais c’était vraiment chouette de cuisiner les légumes que nous avons plantés et récoltés. Nous avons adoré ces animations avec Stéphane qui est très sympa et nous a appris beaucoup de choses.

Jardinage, 1re séance

Mercredi 16 janvier, Stéphane, le jardinier de la ville est venu dans notre classe pour nous apprendre à jardiner. Il intervient dans le cadre des animations financées par la mairie. Il a apporté des jardinières (ou balconnières), du terreau, des plants et des bulbes (ou oignons). Les jardinières sont en plastique marron-orangé et ont des trous au fond pour laisser passer l’eau (S’il en reste trop, les plantes se noient.). Le terreau se trouve en forêt. Quand les feuilles et les brindilles tombent, elles se décomposent et sont mangées par des petits animaux qui les rejettent sous forme d’excréments. C’est comme ça que se forme le terreau. Avant la plantation, il fallait retirer le pot des plants pour que les racines puissent se développer, et bien observer les oignons pour les poser dans le bon sens, les racines vers le bas et la tige vers le haut. À l’intérieur des bulbes, il y a une fleur qui va sortir et grandir. On a planté des bulbes de jacinthes, de tulipes, d’ail, de jonquilles et de muscaris. Après avoir mis du terreau jusqu’à la moitié des jardinières, chacun a planté trois plants et cinq bulbes. Ensuite, on a coupé les feuilles mortes et arrosé les jardinières.

La course du coeur

Mercredi 27 mars, c’était le départ de la course du cœur. C’est une course à pied qui dure 4 jours et 4 nuits pour sensibiliser au don d’organes. C’est Anne-Gwen, une maman de l’école qui nous en a parlé. Elle y participe tous les ans parce qu’elle a été greffée du cœur il y a très longtemps.

Nous avons aussi participé à l’opération « 10 000 cœurs pour l’hôpital ». Cette action a pour objet de mobiliser les enfants autour de la réalisation de cœurs, symboles de générosité et de soutien aux transplantés et patients en attente de greffe. Nous avons fabriqué et décoré des cœurs en papier pour que Anne-Gwen puisse les donner aux hôpitaux qui soignent des enfants.

A son retour, elle est venue nous expliquer ce qu’est la transplantation et nous sensibiliser au don d’organes, à la générosité et à la solidarité. Elle nous a lu un livre qui raconte l’opération et la guérison d’un petit garçon. Elle nous avait aussi apporté quelques petites surprises. Merci Anne-Gwen pour toutes tes explications, nous avons beaucoup appris grâce à toi !

Le tri en maternelle

Le 1er avril, nous sommes allés dans la classe des Moyens pour leur apprendre à trier les déchets. Nous leur avons d’abord montré avec des photos qu’ils devaient déposer dans la bonne boîte-poubelle. Ensuite, chaque CE1 a accompagné un élève de maternelle pour vérifier qu’il ne se trompait pas en reproduisant le même exercice sur sa feuille.

Les têtards

La maîtresse de grande section nous a invités à venir observer les têtards qu’Émile a apportés dans sa classe. Ils vivent dans de l’eau douce.

Au début, ils étaient tout noirs avec un corps rond et une longue queue.

Ensuite, ils ont grossi et leurs pattes arrières ont poussé.

Maintenant, ce sont des petites grenouilles. Elles vivent hors de l’eau.

Pêche aux couteaux

Lundi 3 juin 2019, nous sommes allés à la plage du Moulin Blanc. Nous avons pris le tram et le bus.

En arrivant, nous avons observé l’estran. L’estran est la partie du littoral (le bord de mer) située entre la marée la plus haute et la marée la plus basse. Comme la mer baissait, nous avons trouvé la laisse de mer (ce que la mer a laissé en descendant).

Nous avons pris un goûter puis nous avons ramassé des coquillages, des galets, des déchets…

Plus bas, nous avons vu des trous de couteaux. C’est un mollusque bivalve (sa coquille est en 2 parties). Il vit dans le sable des plages et est capable de s’enfouir très rapidement grâce à son pied musclé. Pour le faire sortir, il fallait repérer les trous rectangulaires, mettre une pincée de sel sur le trou, attendre qu’il sorte suffisamment et l’attraper avant qu’il ne s’enfonce à nouveau.

On a aussi trouvé des palourdes, des coques, les myes, des bigorneaux, des petits crabes et une blennie. Avant de pique-niquer, nous avons remis tous les animaux à l’eau.

L’après-midi, nous avons construit des châteaux de sable avec des murailles et des canaux, fabriqué une tortue et une sirène.

On a adoré cette journée !

Quelques exemples d’activités sportives en maternelle

Tutorat en maternelle

Les élèves de CE1 se rendent régulièrement dans la classe de Moyenne Section pour expliquer ce qu’ils ont appris en science.

La semaine dernière, nous sommes allés parler de l’alimentation. On a listé les sept familles d’aliments, en donnant des exemples. Ensuite, chaque CE1 a pris en charge un élève de MS. Il l’a aidé à découper des photos de nourriture dans des publicités et lui a demandé à quelle famille cet aliment appartient. Après, il fallait le coller sur l’affiche de la bonne couleur. Avant de partir, nous avons vérifié qu’il n’y avait pas d’erreur.

Une journée à Océanopolis

Nous sommes allés passer la journée à Océanopolis. Nous avons pris le bus. À l’entrée, nous avons retrouvé Michel qui nous a conduits à une salle où nous avons posé nos sacs et nos manteaux. Après un petit goûter, il nous a montré le bassin des phoques (veaux marins et phoque gris). Nous sommes passés sous des maquettes de dauphins, de baleine et d’orque. Ce ne sont pas des poissons mais des mammifères marins : ils respirent à la surface et allaitent leurs petits.

Nous sommes arrivés dans une salle où il nous a montré l’histoire d’une petite fille, Léa, qui allait pêcher à marée basse sur l’estran. C’est l’endroit de la plage où il y avait la mer quand elle était haute. Elle a trouvé :

  • deux crabes verts, un mâle et une femelle. On les reconnaît à la forme de leur abdomen, celui de la femelle est plus large. Elle y cache ses œufs.
  • des petits poissons : un gobie, une blennie et un chabot qui se gonfle quand on l’attrape pour paraître plus gros
  • des moules
  • un chapeau chinois ou patelle qui est un escargot marin qui broute les algues sur les rochers et revient toujours à la même place
  • des coques, des palourdes
  • des crevettes
  • un arénicole qui est un ver qui mange du sable et le rejette en faisant des serpentins

Après, on a fait des ateliers. On devait :

  • reconstruire un crabe géant
  • poser des animaux sur un décor marin de façon à ce que les prédateurs ne les voient pas
  • Reconnaître des coquillages cachés dans un sac rien qu’en les touchant
  • écouter les bruits que l’on peut entendre en mer et les reconnaître
  • trier la laisse de mer : des algues, des plumes, des œufs, des os de seiche mais aussi des déchets
  • reconstituer des puzzles de poissons
  • dessiner

Nous avons pique-niqué sur l’herbe et nous sommes défoulés dans l’aire de jeux. Ensuite Lucas est venu nous chercher pour la visite du pavillon Bretagne. Il nous a expliqué que la visite commence par les animaux qui vivent à la surface et que plus on avance, plus on voit des animaux qui vivent dans les profondeurs. On a commencé par attraper dans nos mains les images de petites bêtes, du plancton. On a observé des méduses, des petites et des grosses. Elles ne nagent pas très bien, elles se laissent porter par le courant. Elles se nourrissent d’algues. Lucas nous a expliqué qu’il y a des animaux qui mangent des algues. Ils sont mangés par des petits poissons, qui sont mangés par des poissons plus gros qui sont mangés par des animaux encore plus gros. C’est une chaîne alimentaire.

On a touché une étoile de mer, un concombre de mer et un oursin.

On a vu des poissons de toutes tailles, des crabes, des roussettes, des étoiles de mer, des phoques, des moules accrochées à un poteau, une seiche, des araignées de mer, des hippocampes et des aiguilles de mer accrochés à des herbes marines, des poissons plats de la couleur du sable, une pieuvre, des éponges et des anémones collées sur des rochers, une très grosse langouste de plus de quarante ans, un homard bleu, une raie… On a observé deux aquariums, l’un avec de l’eau qui bouge beaucoup et l’autre où l’eau est calme. Les animaux et les algues qui y vivent sont très différents. Pour finir, nous avons vu des langoustines dans leurs terriers. Nous avons passé une très bonne journée et aimerions tous retourner à Océanopolis.

Visite à la chèvrerie Baradozic

Lundi 6 mai, nous avons pris le car et sommes allés visiter la chèvrerie Baradozic de Guénaëlle et Éric à St Divy. Pour commencer, nous avons rendu visite aux chèvres. Il y a 80 laitières, c’est-à-dire qu’on les élève pour leur lait. Les chèvres marron sont des Alpines. Elles pèsent 80kg. Les blanches sont des Saanen. Elles pèsent 100kg. Les noires sont des Poitevines. Elles pèsent 60 kg. Nous avons vu 2 boucs et des chevreaux. Les boucs pèsent 150 kg.

Parfois, certaines chèvres ont mauvais caractère alors, on brûle l’embase de leurs cornes quand elles ont une semaine pour éviter qu’elles poussent. Chez les mâles, l’embase est plus large.

Les chèvres mangent 3kg de foin (c’est de l’herbe sèche), 1,5kg de céréales et 300g de luzerne (une autre sorte d’herbe) par jour. La paille sert de litière, pour dormir. C’est la tige du blé ou de l’orge que l’on a fait sécher.

La saison des amours a lieu entre mi-août et mi-décembre, les petits naissent entre février et mai. La gestation dure 5 mois. Les primipares (les chèvres qui ont des petits pour la première fois) n’ont qu’un seul petit, les autres chèvres en ont 2.

Une fois qu’une chèvre a eu un petit, elle produit du lait. Au départ, c’est pour son petit, au bout de 2 mois, il est sevré c’est-à dire qu’il ne tète plus mais mange du foin. Certaines chèvres refusent de s’occuper de leur petit alors il faut les nourrir au biberon, 2 le matin et 2 le soir.

Nous avons visité la salle de traite. Les chèvres passent leur tête dans des cornadis qui leur bloquent la tête pour éviter les coups de corne, et sont traites une fois par jour. Elles donnent 2 à 3 litres par jour. Elles ont 2 trayons. Il faut 1 litre pour faire un fromage frais de 180g et 20 litres pour une tome de 500g.

Le lait est différent selon l’alimentation de la chèvre. Quand elle mange du maïs, il devient jaune.

Les chèvres n’ont pas de sabots mais des onglons. On les taille une fois par an.

Parmi les chèvres se trouvait un âne parce qu’il est agressif envers les autres ânes. Nous l’avons entendu braire. Ensuite, nous avons vu des chevaux de trait et de selle, des juments avec leurs poulains, une génisse (une vache qui n’a pas eu de veau), des shetlands. Les poulains tètent souvent (3 à 4 fois par heure) car les juments n’ont pas de grosses mamelles où le lait se stocke.

Nous sommes ensuite allés à la basse-cour. Il y avait des oies, des canards, des poules et des coqs avec leurs crêtes et leurs barbillons. Quand le dindon faisait la roue et sa caroncule devenait rouge.

Dans le pré en face, il y avait des ânes, des ânesses et des ânons avec d’autres poneys.

Nous avons aussi visité les serres où poussaient des tomates et des fraises. Il y faisait très chaud.

Après le pique-nique, nous avons fait une grande balade à dos de poney.

Au retour, Éric nous a montré comment il fait du fromage : On met de la présure dans du lait de chèvre pour le faire coaguler, c’est-à-dire devenir épais et compact. La présure est un liquide qui se trouve dans l’estomac des veaux. On met le caillé dans des faisselles, des moules avec de trous et on laisse s’égoutter. Ensuite, il y a le salage qui évite que le fromage ait un goût amer. Certains fromages seront consommés frais, après avoir été égouttés, tandis que d’autres vont poursuivre leur maturation. L’affinage s’effectue sur des clayettes disposées dans une pièce fraîche dont la température est maintenue à 10 -11°C. Cette cave ou réserve bien ventilée, avec 80% d’humidité, est appelée le hâloir. Les fromages sont alors régulièrement retournés à la main.

Guénaëlle et Éric nous ont donné des fromages nature, au paprika et aux fines herbes. Nous les avons dégustés sur du pain frais : un vrai régal ! Merci Guénaëlle et Éric